Une relance chiffrée suffira-t-elle ?

02 oct 2020Édito

4 milliards d'euros pour la réhabilitation des équipements publics, 2 milliards pour les particuliers dans le cadre de Ma Prime Rénov’, 500 millions d'euros pour les logements sociaux… Côté chiffres, le BTP fait le plein pour lancer une rénovation massive de notre patrimoine.

Nous pouvons saluer l’intention et les moyens mis en avant, mais force est de constater l’absence de dimension sociale et écologique de ce plan de relance gouvernemental. Si la dimension économique n'est pas au service du développement de filières d'avenir, ni n’encourage l’amélioration des conditions d’usage de nos logements, alors le pari sera perdu.

La crise sanitaire que nous traversons met en exergue les difficultés d’adaptabilité de nos logements à nos modes de vie actuels. L'espace privé et l'espace professionnel se mêlent, la salle à manger sert à la vie de famille mais aussi de bureau.
Rappelons qu’en Île-de-France, nous avons perdu l’équivalent d’une pièce en 10 ans dans la construction neuve ! Aujourd’hui, 54% des franciliens souhaitent également quitter la capitale depuis la fin du confinement. 

Collectivement, nous devons repenser nos modèles de conception de l’habitat dans l’intérêt de nos concitoyens. Pour ce faire, les doter des moyens nécessaires à leurs évolutions s’avère plus que jamais nécessaire.

Au-delà du « coup de pouce » financier accordé, il s’agit d'accompagner le dispositif de rénovation/réhabilitation et de veiller à la formation et la montée en compétences de tous les acteurs du cadre bâti.

Parallèlement, il faut refuser l'uniformisation ! Ces rénovations demanderont d'être fortement accompagnées. Plus que jamais, l’engagement des architectes est crucial pour notre société et la préservation de notre patrimoine bâti. Valoriser l’existant, recourir à des matériaux durables sont autant d’enjeux pour lesquels nous devons nous mobiliser. Aujourd’hui, nous pouvons aisément constater et mesurer que notre activité est au cœur du développement et de l’attractivité de nos territoires.

Ce thème de l’engagement dans l’architecture et les implications qui en découlent seront mis en avant lors de notre assemblée annuelle, le 12 novembre 2020. En présence d’acteurs politique et sociétaux, d’aménageurs, d’architectes... les temps d’échanges programmés souligneront la pluralité des engagements dans lesquels notre profession doit continuer d’agir.
 

Christine Leconte
Présidente de l’Ordre des architectes d’Île-de-France

 

Image : ©Olivier Leclercq

Sur le même sujet