3 questions à... Stéphane Troussel

28 juin 20223 questions à

En juillet 2022, l'Ordre des architectes d'Île-de-France en partenariat avec la ville de Saint-Denis organise la 2e Journée des Territoires.

 



1) Cette Journée des Territoires en Seine-Saint-Denis sera placée sous le signe du « faire mieux, faire autrement » : comment cela se traduit concrètement dans les actions que vous menez à l’échelle départementale ?

Il est impératif aujourd’hui de faire autrement, de faire mieux, pour préparer l’avenir, adapter la Seine-Saint-Denis au changement climatique et permettre aux habitantes et habitants d’y vivre mieux, dans un cadre de vie renouvelé. Nous portons aujourd’hui le poids des décisions d’aménagement qui ont été faites il y a plusieurs décennies, et c’est la toile sur laquelle nous devons imaginer et construire la Seine-Saint-Denis de demain. Le Département connaît une dynamique d’investissement depuis plusieurs années et nous considérons que la recherche de la performance environnementale est nécessaire, mais pas suffisante : l'enjeu, c'est que nos investissements soient des accélérateurs de transition écologique et des supports de résilience territoriale dans les quartiers dans lesquels ils s'implantent. Nous voulons inventer localement de nouveaux modèles d'aménagement et adapter nos constructions aux changements climatiques pour que leur usage reste possible dans le contexte des chocs et des bouleversements annoncés : conception bioclimatique, rafraichissement, préservation et valorisation de la biodiversité...

Un exemple de cette ambition, le plan éco-collège déployé par le Département qui tente de répondre à l’équation suivante : construire suffisamment de nouveaux collèges pour bien accueillir tous les élèves de Seine-Saint-Denis tout en faisant baisser notre impact carbone. Notre territoire comptera 7000 collégiens supplémentaires au cours de la prochaine décennie. Nous avons fait le choix d’engager d’un côté des rénovations lourdes des collèges existants, moins consommatrices en énergie, qui doivent considérablement améliorer la performance énergétique de ces bâtiments. Partout où cela est possible, des solutions alternatives à la construction de nouveaux bâtiments seront privilégiés et dès lors que nous devrons construire de nouveaux collèges, ils devront être composés de bâtiments 100% passifs.

  1. 2) L’architecture représente le support d’une meilleure qualité de vie qui doit offrir un bien-être à tous : comment le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis envisage-t-il de mobiliser le conseil et le recours aux architectes ?
  2.  

Au-delà des questions autour de la construction durable, essentielle au maintien et développement des services publics, nous devons repenser tous nos espaces publics et recréer de la ville, des liens entre les différents quartiers de Seine-Saint-Denis. Faire mieux et faire autrement, cela doit aussi vouloir dire transformer le cadre de vie des habitantes et habitants ! L’architecture est essentielle pour réussir cela, dès lors qu’elle conçoit ses différentes réalisations comme des leviers pour transformer les quartiers alentours. Les futures gares du Grand Paris Express et toutes les études de pôle en cours autour de celles-ci sont un bel exemple de travail commun entre architectes et collectivités aménageuses : autour de gare souvent emblématique en termes architecturaux, nous pensons collectivement la création ou la mutation d’un quartier. Ce partenariat entre le conseil de l’ordre et le Département doit évidemment inclure les collèges : le bâti scolaire et les choix architecturaux peuvent concrètement améliorer les conditions d’apprentissage des élèves, et les choix architecturaux que nous faisons désormais tendent à faire des collèges des lieux ouverts sur la ville, avec des espaces partagés pour les parents, les associations, etc.

  1. 3) Qu’attendez-vous plus particulièrement du travail commun avec l’Ordre des architectes durant cette « Journée des Territoires » en Seine-Saint-Denis ?
  2.  

De l'innovation ! Lorsque des nombreux défis semblent contradictoires, l'architecture peut apporter des solutions créatives. La Seine-Saint-Denis va continuer de se transformer et de changer, mais nous ne partons pas de rien, et les enjeux climatiques doivent absolument limiter notre tendance à démolir ce qui ne va pas pour reconstruire. Nous partons d’un bâti existant, d’infrastructures lourdes qui marquent toute le territoire, qu’elles soient routières ou ferroviaires, d’un département particulièrement dense et bétonné, et c’est à partir de ces données là que nous devons imaginer l’après.

Cette Journée des Territoires doit nous permettre de tracer des perspectives, de faire jaillir des idées nouvelles pour dessiner une Seine-Saint-Denis toujours plus belle et toujours plus verte.

Stéphane Troussel, président du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

Sur le même sujet

3 questions à
28 juil 2022
Actualités
25 juil 2022
Vos conseillers en action
21 juil 2022
Actualités
21 juil 2022
Archiculture
20 juil 2022
Actualités
27 juin 2022
Actualités
24 juin 2022
Vos conseillers en action
23 juin 2022
Archiculture
20 juin 2022