Ecouter les territoires

11 déc 2018Édito

Notre démocratie est actuellement mise à l’épreuve dans les territoires. La moitié des maires ne souhaite pas se représenter en 2020. Les « gilets jaunes » font des inégalités territoriales le motif de leur colère contre l’exécutif. Leur point commun: le sentiment d’être laissés pour compte. Face à cette situation, maires, architectes et citoyens doivent redéfinir leur rôle.

Le destin des territoires est lié. Opposer les métropoles et leurs périphéries est stérile. Certes, les métropoles concentrent les richesses, mais aussi l’immobilier hors de prix, la congestion automobile et la plus grande pauvreté. Les territoires périurbains et ruraux connaissent en effet des précarités multiples, mais continuent d’être attractifs au prix d’une artificialisation effrénée des terres agricoles.

Nous devons proposer des réponses globales. Pour ce faire, construisons des projets qui mettent en symbiose toutes les énergies locales. Partout on constate une forte aspiration à plus de participation, de réciprocité et d’inclusion. Henri Lefebvre évoquait hier un « droit à la ville » pour désigner la nécessité d’intégrer les habitants dans la création de l’urbain. Certains, comme Jean Viard, militent aujourd’hui pour un « droit à la métropole ». Car le développement du territoire - « bien commun de la Nation » - doit profiter à tous.

La relation entre les maires et les architectes est au cœur de ces défis. Les maires ont un fort ancrage local et bénéficient de la confiance de leurs concitoyens. Les architectes ont une mission d’ « intérêt public » et sont présents partout sur les territoires. Tous deux partagent cette ADN du développement des projets de ville au service des projets de vie. Tous deux sont également confrontés à un contexte global de repositionnement des missions.

Nous devons diagnostiquer et accompagner ces évolutions. Pour ce faire, des temps d’échanges et de partage des bonnes pratiques sont essentiels. C’est en ce sens que nous organisons depuis deux ans le cycle de débats « Le maire et l’architecture » avec les CAUE du 93, 94 et 95 et la Maison de l’architecture d’Île-de-France. Chaque fois, les édiles de territoires très divers partagent leurs défis, projets et difficultés autour des enjeux architecturaux sur leurs territoires.

Pour rapprocher les maires et les architectes, l’Ordre s’engage également au plus près des élus pour accompagner l’intelligence des territoires. En septembre, nous avons signé une convention de partenariat avec l’Association des Ingénieurs Territoriaux de France (AITF). En novembre nous étions présents au Salon des Maires pour évoquer la transition écologique. En décembre nous présentons une note réalisée avec le think tank la Fabrique écologique pour accompagner la régénération des lotissements et arrêter l’artificialisation des sols.

Faire évoluer la fabrique du territoire nécessite d’interroger une démocratie locale en crise. Les citoyens perçoivent trop souvent l’architecture comme coupée des réalités quotidiennes. C’est pour expliquer la fabrique de la ville contemporaine et ses enjeux que nous organisons chaque année les Journées nationales de l’architecture. C’est pour débattre du rôle de chacun dans ces défis que nous vous invitons à participer à la « Nuit des idées » le 31 janvier sur le thème « Climat, des initiatives citoyennes pour changer la ville ». Venez nombreux !

Cette année, le bâtiment lauréat de l’Equerre d’argent de l’agence Richter & Associés est un centre social requalifiant une entrée de ville au sein d’un territoire meurtri par les difficultés économiques. Quel plus beau symbole du rôle que peut jouer l’architecture pour réparer les territoires ?
 

Fabien Gantois, Vice-président de l’Ordre des architectes d’Île-de-France

Ecole maternelle La Ruche à Perthes-en-Gatinais - Maître d’ouvrage : Commune de Perthes-en-Gâtinais (77) - Architecte : Tracks Architectes (Paris)®TRACKS  -  PHOTOS ®GUILLAUME AMAT